Sophieauquotidien

Un site utilisant unblog.fr

 

Dubrovnik, Croatie 15 août 2013

Classé dans : Splendeur et photos — sophieauquotidien @ 21 h 32 min

Dubrovnik, Croatie dans Splendeur et photos 1186798_491064970984741_1497696862_n-187x300

 

 

Sunset Oludeniz – une plage, Turquie

Classé dans : Splendeur et photos — sophieauquotidien @ 21 h 31 min

Sunset Oludeniz - une plage, Turquie dans Splendeur et photos 999105_490796394344932_1126732209_n-200x300

 

 

Les 5 astuces pour ne pas se rendormir après la sonnerie du réveil‏ 14 août 2013

Classé dans : Insolite... — sophieauquotidien @ 20 h 17 min

Les 5 astuces pour ne pas se rendormir après la sonnerie du réveil‏ dans Insolite... reveil_01-300x165

En 2011, le site Career Builder a recensé, auprès de 800 employeurs européens, les excuses les plus « bidons » des salariés pour avoir raté un jour de travail. En haut de la liste, la classique « panne de réveil ». Mais, avec l’article qui suit, celle-ci risque de ne plus être très utilisée.

« Un coq qui chante, c’est le réveil biologique » disait le poète québécois Jean Ménard. Mais tout le monde n’a pas la chance de pouvoir se lever aux chants des oiseaux ou du roi de la basse-cour. En ville, de manière plus classique, on utilise la bonne vieille alarme de son réveille-matin. Mais, cette technologie ne semble pas vraiment au point. En effet, à en croire le nombre de fois où « la panne de réveil » a servi d’excuse pour justifier son retard à l’école ou au travail, les chercheurs ont certainement du pain sur la planche. Il est en effet beaucoup plus rare d’entendre une personne dire : « désolé pour le retard mais mon coq n’a pas chanté ce matin ». La nature a donc le dessus sur la science. Et si en 2011, selon le site Career Builder, qui a recensé auprès de 800 employeurs européens les excuses les plus « bidons » des salariés pour avoir raté un jour de travail, l’excuse de la « panne de réveil » arrive en tête. Une autre variant existe : « désolé mais je me suis rendormi après la sonnerie de mon réveil ». Mais, après lecture de cet article, cette dernière ne devrait plus être autant utilisée. Car Business Insider vient de révéler cinq astuces qui permettent de ne pas se rendormir après la sonnerie de votre réveil. De quoi vous sortir définitivement des bras de Morphée.

1) Ne pas se servir du bouton « répéter » de votre réveil Votre réveil sonne et machinalement vous actionnez la touche de répétition de l’alarme. En effet, la veille vous avez eu du mal à vous endormir et vous vous accordez donc cinq à dix minutes de sommeil supplémentaires. Vous vous dites que cela ne peut pas vous faire de mal. Vous avez tort. Selon Asap Science, en réalité cela vous fera sentir encore plus mal. Car lorsque vous appuyez sur cette touche, votre cerveau rentre à nouveau dans une phase de cycle de sommeil. Si vous la répétez plusieurs fois, votre cerveau emmagasine ces données et au final vous vous réveillerez beaucoup plus groggy que la première fois.

2) Soyez cohérent avec votre temps de réveil Peu importe finalement l’heure à laquelle vous vous levez. Que ce soit 5h ou 9h du matin, le plus important est que cela soit cohérent. C’est ce qu’explique une étude publiée sur le site WomentoWomen.com. Dans cette étude, il est indiqué que l’hypothalamus contrôle votre horloge circadienne interne (horloge interne qui montre que le corps possède un cycle veille-sommeil et que l’on ressent particulièrement lors des décalages horaires ndlr). Fondamentalement, votre corps a un système qui est à l’écoute du temps, y compris les variations saisonnières et les variations de la lumière pendant la journée et la nuit. Ce système et vos glandes surrénales travaillent ensemble et vous indiquent quand il est temps pour vous de dormir et quand il est temps pour vous d’être éveillé. Dès lors, plus vous avez une suite cohérente de cycle de sommeil, plus votre corps aura la capacité d’encaisser les périodes de veille.

3) Savoir accepter de se lever On a tous rêvé de chutes de neige, d’inondations ou d’autres phénomènes naturels nous empêchant de nous rendre sur notre lieu de travail. Et permettant dès lors de prolonger le sommeil. Mais ceci n’arrive que très rarement donc il faut accepter que le lendemain on va devoir se lever tôt. Selon Business Insider, une étude a permis de constater que si vous anticipez le moment où vous devez vous lever, le réveil sera ensuite plus facile. Pour cela, les chercheurs ont pris deux groupes de volontaires. Un premier groupe se lèvera à 6h et l’autre à 9h. Il a été constaté que chez le premier groupe les patients ont commencé à secréter l’hormone corticotrope (ACTH) dès 5h et de manière de plus en plus exponentielle au fur et à mesure. Alors que l’autre groupe a commencé à sécréter cette même hormone dès six heures mais ensuite elle reste elle reste à un taux plus bas toute la journée.

4) Mettre en place une routine positive au réveil Ce sont des petits gestes à répéter tous les matins mais qui vont vous permettre de vous sentir bien toute la journée. Par exemple, quand vous vous levez, il est déconseillé de marchez dans l’obscurité. Le rythme cicardien réagit mieux dès qu’il y a un changement de lumière. Dès lors votre corps arrête de produire de la mélatonine, hormone qui vous fait vous sentir somnolent.

5) Planifier sa journée Savoir ce que l’on va faire de sa journée permet de mieux se lever le matin. En effet, cela donne un but à votre réveil. Si vous n’avez pas de plan, vous pouvez alors vous dire que lorsque l’alarme se déclenche vous n’avez rien de spécial à faire, alors pourquoi se lever ? Ainsi, se prévoir un déjeuner avec un ami, une petite sortie shopping, faire une course, se rendre chez le coiffeur sont autant de petites choses qui vont vous exciter et vous donner l’envie de vous lever.

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus vous travaillez avec des femmes, et plus vous en faites à la maison

Classé dans : Insolite... — sophieauquotidien @ 20 h 10 min

Comment faire pour mieux répartir les tâches ménagères dans le couple ? Une étude américaine apporte la solution. Et le problème, c’est vous Messieurs. Tout viendrait de votre travail. Explications.

Plus vous travaillez avec des femmes, et plus vous en faites à la maison dans Insolite... en-travaillant-dans-un-environnement-feminin-vous-consacrez-25-en-plus-de-votre-temps-pour-les-taches-menageres_132251_w250

Les tâches ménagères… Causes de nombreuses disputes à la maison. Il semble en effet que la répartition ne soit pas tout à fait équitable. Et ce n’est pas vous Mesdames qui allez le contredire. Rassurez-vous, une étude américaine a peut-être trouvé une solution.

Entre 1981 et 2009, la sociologue américaine, Elizabeth McClintock, a observé les habitudes de plusieurs milliers de personnes quant à la répartition des tâches ménagères. Elle en a conclu qu’un changement d’emploi dans une branche dominée par le sexe opposé influence la façon de se répartir le travail domestique lorsque l’on est en couple. En clair, si vous êtes entouré de femmes au travail, vous en ferez plus à la maison. Ah bon ?

« Les hommes participent plus aux tâches ménagères » 

Un homme qui travaille dans une branche dite féminine (l’enseignement, le travail avec les enfants…), consacrerait plus de temps aux tâches ménagères, soit 25% en plus, que lorsqu’il occupe un emploi traditionnellement masculin. Et pendant ce temps, vous, Mesdames, avez réduit vos heures de ménage (14% en moins environ). « Par rapport aux décennies précédentes, les femmes passent désormais moins de temps aux tâches ménagères, et les hommes participent désormais plus, mais l’écart ne s’est pas résorbé », explique la sociologue qui étudie les inégalités dans les relations amoureuses à l’Université de Notre Dame dans l’Indiana (Etats-Unis).

« Les femmes continuent à assumer une plus grande part du travail domestique », ajoute-t-elle. Le phénomène se vérifie également chez les femmes qui travaillent dans un environnement féminin puisqu’elles y consacrent encore plus de temps qu’à l’accoutumée.

 

 

Salade de haricots verts au basilic

Classé dans : Miam Miam — sophieauquotidien @ 20 h 06 min

Pour 4 personnnes :

600 à 700 g de haricots verts extra-fins (équeutés)
120 g de tomates séchées (émincées dans la longueur)
2 cuillers à soupe de pignons de pin grillés
4 tranches fines de lard maigre frais
1 à 2 poignées de petite roquette
1 bouquet de basilic (ciselé)
1 gousse d’ail frais (hachée finement)
1 échalote (hachée finement)
2 cuillers à soupe d’huile d’olive
1 cuiller à soupe de vinaigre balsamique
Sel, poivre.

Salade de haricots verts au basilic dans Miam Miam dif10-04-salade-haricots-10949062vqjbp_2084-300x168

Faites cuire les haricots à l’anglaise (dans une eau salée en ébullition) jusqu’à ce qu’ils soient tendres, comptez 4 à 6 min de cuisson. Stoppez la cuisson sous un jet d’eau froide, puis égouttez-les.
Faites griller les tranches de lard jusqu’à ce qu’ils soient croustillants.
Rassemblez tous les ingrédients dans un saladier, sauf les pignons, le lard et les herbes. Mélangez délicatement en assaisonnant de sel, de poivre, d’huile et de vinaigre balsamique. Ajoutez sans mélanger les pignons de pin, le lard en morceaux et les herbes.
Au dernier moment, mélangez délicatement et dégustez à température ambiante.

 

 

Les astuces pour la confection des macarons 8 août 2013

Classé dans : Miam Miam — sophieauquotidien @ 20 h 49 min

Une fois vos coques prêtes, le travail n’est pas terminé. Je vous l’avais dit, les macarons c’est plutôt long à faire. Mieux vaut prévoir une après-midi entière ou quelques heures sur 2 jours séparés. Découvrez dans cet article quelques conseils pour bien confectionner vos macarons.

Vous avez réussi à obtenir de belles coques grâce à mes astuces pour la pâte à macarons et à mes conseils pour la cuisson ? Alors il ne vous reste plus qu’à en faire bon usage ! Sachez avant tout qu’il serait dommage que vos coques ne s’abiment ou que vos macarons semblent irréguliers alors que vous avez si bien travaillé. Voici donc ce que je fais :

  • Quand je sors mes macarons du four je les enlève directement de la plaque du four en faisant glisser ma plaque en silicone sur mon plan de travail humidifié. Il faut en effet stopper la cuisson pour que l’intérieur reste fondant. L’eau sur le plan de travail permet quant à elle de créer un peu de vapeur qui va aider les coques à se décoller.
  • J’attends toujours au moins ¼h avant de tenter de décoller les coques car une fois qu’elles sont cassées, il est trop tard !
  • Je fais 2 tas de coques : dans une assiette je mets les plus réussies : celles qui sont bien rondes et bien lisses et dans l’autre celles qui sont moins jolies et qui ont éventuellement craquées un peu. Pourquoi ? Et bien parce qu’au moment de la confection je prendrai une coque dans chaque assiette et mettrai la moins réussie face sur le dessous !
  • Quand j’assemble 2 coques j’essaye de mettre les plus grosses ensemble et les plus petites ensemble pour ne pas que les macarons aient des coques de taille différentes. Mais comme j’utilise des plaques avec des cercles pour le pochage je n’ai pas trop de soucis à ce niveau.
  • J’utilise des coques dont la couleur à un rapport avec la garniture. Avec les macarons, ça ne se fait pas vraiment de mettre une coque verte pour un macaron au chocolat ou encore une coque jaune pour un macaron à la framboise. Mais après, c’est vous qui voyez…

Bon vous avez compris comment optimiser au mieux l’utilisation de vos coques mais comment on confectionne les macarons ? Eh bien c’est plutôt simple : on prend une coque, on met une cuillère de ganache et on recouvre le tout d’une deuxième coque. Mes conseils pour vos ganaches :

  • Il est préférable de réaliser certaines ganaches la veille ou du moins plusieurs heures avant afin qu’elles puissent durcir. Si votre ganache est trop dure passez-là quelques secondes au micro-onde et garnissez les coques avec une poche à douille plutôt qu’avec une cuillère qui risquerait d’écraser ces dernières.
  • Si vous n’êtes pas très à l’aise avec les ganaches maisons vous pouvez très bien utiliser de la confiture, de la pâte à tartiner, etc. Faire des coques c’est bien assez long comme ça !
  • Si vos coques sont un peu dures préférez les confitures qui imbiberont légèrement le biscuit.
  • Vous pouvez goûter vos macarons tout de suite mais une nuit au frigo ne leur fera pas de mal, au contraire ! Pensez-seulement à bien laisser vos macarons à l’horizontale pour ne pas que la garniture ne coule.
Les astuces pour la confection des macarons dans Miam Miam astuces-reussir-macarons-garniture-652x290-300x133
 

 

Cheesecake au chocolat blanc et à la framboise

Classé dans : Miam Miam — sophieauquotidien @ 20 h 45 min

Cheesecake au chocolat blanc et à la framboise dans Miam Miam recette-cheesecake-chocolat-blanc-framboise-652x290-300x133

Originaire des États-Unis, et plus particulièrement de New-York, le cheesecake est un dessert frais et fondant préparé à partir de fromage et de biscuits. Ces dernières années, il est particulièrement à la mode et il n’est plus rare de le retrouver sur les cartes des restaurants. Mais entre un cheesecake décongelé et un cheesecake fait avec amour, la différence est palpable ! Ici, il s’agit de la véritable recette du cheesecake américain déclinée en version chocolat blanc pour plus de gourmandise !

Les ingrédients

Pour préparer un cheesecake à l’américaine, quelques ingrédients suffisent :

  • 400 g de fromage frais (du type Philadelphia)
  • 200 g de chocolat blanc à pâtisser
  • 3 œufs
  • 100 g de sucre
  • 50 g de beurre
  • 150 g de cookies (si vous en trouvez avec des framboises ou des cranberries c’est encore mieux !)
  • du coulis de framboise
  • quelques framboises pour la déco

La préparation

Les desserts Made in USA sont à la mode et vous avez de la chance, celui-ci est particulièrement simple à faire. En deux temps trois mouvements vous pouvez préparer un cheesecake new-yorkais digne de figurer sur la carte des restaurants américains. En effet, au niveau de la préparation, vous ne rencontrerez aucune difficulté (ne vous inquiétez pas, je vous réserve le plus dur pour la fin).

Dans un premier temps, il faut préparer le biscuit (et oui c’est lui qui se situe en dessous). Et avec les cookies tout devient très facile : il suffit de les écraser et de les mélanger avec le beurre fondu. Et voilà en quelques secondes vous avez le fond de votre cheesecake. Il ne vous reste plus qu’à bien tasser le tout dans votre moule et à mettre ce dernier dans le frigo.

Ensuite on va passer au plus intéressant : la préparation de l’appareil au fromage. Tout d’abord, faites fondre votre chocolat blanc. Si celui-ci ne devient pas lisse et onctueux, c’est parce que vous n’avez pas utilisé un chocolat blanc destiné à être cuisiné. Si cela n’est pas très important quand on travaille avec du chocolat noir, quand on a affaire à du chocolat blanc, mieux vaut prendre ses précautions. Pendant que votre chocolat fond doucement, fouettez un peu votre fromage frais pour qu’il s’assouplisse un peu et ajoutez-y les œufs en mélangeant entre chacun. Quand tout est homogène, vous pouvez rajouter le chocolat blanc fondu et le sucre. Goûtez, vous sentirez déjà le goût du cheesecake ! Mais pour autant, il va falloir vous retenir un peu car votre dessert new-yorkais sera encore meilleur une fois terminé ! Alors versez toute la pâte par dessus le biscuit.

La cuisson

Nous voilà arrivé à l’étape la plus délicate de la préparation du cheesecake. On ne peut pas dire qu’elle soit vraiment compliquée mais elle demande du temps et de la vigilance. Mettez votre cheesecake dans un four à 150°C préalablement préchauffé et laissez-le pendant 45 minutes. Si vous remarquez qu’il commence à trop dorer sur le dessus, vous pouvez stopper sa cuisson  un peu avant. Une fois la cheesecake au chocolat blanc cuit, surtout ne le sortez pas du four ! Laissez-le bien au chaud, porte fermée, jusqu’à qu’il refroidisse (cela peut prendre plusieurs heures). Ensuite, vous avez le droit de le mettre au frigo.

Vous risquez de bouder un peu mais il va falloir que vous laissiez votre cheesecake au chocolat blanc dans votre frigo pendant 48 heures avant de pouvoir le manger… Les plus gourmands se jettent dessus au bout d’une journée seulement. Ce n’est pas si grave mais ça vaut vraiment le coup d’attendre. Dans tous les cas, n’y touchez pas avant 24 heures. Pour ma part, je dévore mon cheesecake avec du coulis de framboise et des framboises fraîches.

 

 

Les astuces pour la cuisson des macarons

Classé dans : Miam Miam — sophieauquotidien @ 20 h 42 min

Trop durs, trop mous, trop gonflés, pas assez, pas vraiment lisses, craquelés… pfiou que de ratés quand on passe à la cuisson de ses coques de macarons. Et c’est tellement dommage d’arriver à un tel résultat quand on a passé autant de temps à tout préparer. Voici donc pour vous toutes mes astuces qui vous permettront de bien réussir la cuisson de vos macarons.

Les astuces pour la cuisson des macarons dans Miam Miam astuces-reussir-macarons-cuisson-652x2901-300x133

Une bonne cuisson de macarons, ça se prépare ! Il ne suffit pas de mettre la pâte sur une plaque et de mettre le tout au four. Non, les macarons ce n’est pas compliqué, il faut juste un peu de patience ! Alors avant même de penser à allumer votre four vous allez devoir suivre quelques étapes :

  • Quand vous pochez vos coques, c’est-à-dire quand vous faites vos petits cercles de pâte, préférez la poche à douille et essayez de faire des coques ayant toutes le même diamètre. Pour ma part je triche un peu car j’utilise des plaques en silicone possédant des petits cercles. Essayez et tout le monde croira qu’il s’agit demacarons industriels et que ce n’est vous qui avez fait ces coques régulières ! Par contre au goût là oui pas de doute, c’est du traditionnel !
  • Quand vous terminez de pocher une coque, arrêtez de presser sur la poche à douille et retirez-la par le côté tout en effleurant la pâte pour éviter d’avoir une pointe disgracieuse sur la coque (en plus, votre macaron sera bancal avec ça…).
  • Une fois votre plaque remplie tapotez par-dessous pour laisser s’échapper les bulles d’air et aplatir un peu les coques.
  • Enfin, laissez reposer vos coques à l’air libre pendant une heure pour que la pâte croûte légèrement.

Et maintenant, place à la cuisson ! Alors préchauffez votre four à 145°C et c’est parti. Quelques petites choses à savoir avant de vous lancer :

  • Les coques doivent rester au four environ 12 minutes.
  • Tous les fours ne chauffent pas de la même manière alors pour vous ce sera peut-être un peu différent. Encore une fois, il faut tester, tester et retester jusqu’à obtenir une cuisson idéale.
  • Les coques ne doivent pas dorer et ne pas craquer. Si c’est le cas, baissez un peu la température de votre four.
  • Pour une cuisson uniforme il est préférable de faire cuire 3 plaques de macarons en même temps dans le four.
  • C’est au moment de la cuisson que vous verrez si vous avez bien réussi votre préparation… suspens !

Enfin, il faut que vous sachiez que mon four ne possède pas de chaleur tournante, ce qui est normalement plus embêtant pour réussir les macarons. J’ai donc dû m’adapter. Si vous êtes aussi dans ce cas voici quelques conseils pour réussir la cuisson des macarons dans un four traditionnel :

  • On ne met pas 3 plaques en même temps, mais bien une seule plaque !
  • On laisse le four entrouvert pendant la cuisson en mettant une spatule en bois entre le four et la porte.

Et voilà, avec tout ça vous devriez réussir vos macarons, surtout si vous avez suivi mes conseils pour la préparation des coques. Il ne vous reste plus qu’à être vigilent pour la confection de vos macarons et vous pourrez régaler tous vos amis. Si vous préférez manger que préparer vous pouvez toujours faire suivre cet article à vos connaissances pour qu’ils vous préparent des macarons !

 

 

Les astuces pour la préparation de la pâte à macarons

Classé dans : Miam Miam — sophieauquotidien @ 20 h 35 min

Les astuces pour la préparation de la pâte à macarons dans Miam Miam astuces-reussir-macarons-preparation-652x290-300x133

Ce qui est le plus difficile quand on fait des macarons, c’est de réussir les coques, vous savez ces deux cercles qui entourent la ganache. Tout est une question de grammage et de gestes soignés. Avant de me lancer dans la réalisation de ce type de dessert je me suis bien renseignée et ai répertorié les conseils de plusieurs spécialistes dans le domaine comme la blogueuse Mercotte. Et du coup même mes premiers macarons étaient très bien réussis. Voici les astuces pour des macarons inratables que je vous conseille de suivre :

  • Mixez et tamisez votre tant pour tant (votre poudre d’amande et votre sucre glace qui sont présents en quantités égales) pour avoir des coques bien lisses.
  • Laisser vos blancs d’œufs 1 ou 2 jours au frigo avant de les monter en neige pour qu’ils se liquéfient.
  • Ne montez vos blancs qu’après avoir mis votre sirop de sucre sur le feu. Quand ce dernier atteint les 100°C (et oui il faut un thermomètre) augmentez la vitesse de votre batteur et quand il monte à 110°C retirez-le du feu et versez-le sur les blancs tout en les fouettant jusqu’à ce que votre meringue italienne ai tiédi.
  • Si vous utilisez des colorants, préférez ceux en poudre car les colorants liquides vont modifier la texture de la pâte. Cela peut paraître anodin mais je vous assure qu’un peu de liquide peut faire toute la différence !
  • Votre pâte d’amande (sucre glace + poudre d’amande + blancs d’œufs) doit être mélangée avec votre meringue avec une spatule en silicone qui est plus souple. Partez alors des bords et du fond pour revenir au centre : ce geste s’appelle le macaronage. Et c’est sur cette étape que tout repose car il faut bien macaronerpour que la pâte soit suffisamment lisse et que les coques ne craquent pas, mais pas trop au risque que les macarons ne montent pas et ne laissent pas apparaître une belle collerette. Si vous réussissez du premier coup, vous avez de la chance. Sinon il vous faudra plusieurs essais pour vous rendre compte de la texture idéale : pas trop épaisse et pas trop liquide…

Prochaines étapes dans la réussite de vos macarons : les astuces pour la cuisson des macarons et les astuces pour la confection des macarons. Et après toute cette lecture vous pourrez vous lancer dans l’une de mes recettes de macarons !

 

 

Un python birman de près de 4 mètres ! 7 août 2013

Classé dans : Insolite... — sophieauquotidien @ 16 h 48 min

Cherchant quelque chose dans l’abri de son jardin, Luis Eduardo Avendano a fait une étrange découverte : un python birman de près de 4 mètres et pesant 45 kilos. Il a dû faire appel à une équipe de pompiers spécialistes pour retirer l’immense reptile.

Alors qu’il cherchait quelque chose dans l’abri de son jardin, Luis Eduardo Avendano a fait une étrange rencontre. Après avoir cru qu’il s’agissait d’un bout de tissu, il s’est rapidement rendu compte que l’intrus n’était autre qu’un énorme serpent.

« Au départ, j’ai cru que c’était un bout de tissu »

Un python birman de près de 4 mètres ! dans Insolite... un-homme-trouve-un-python-birman-dans-l-abrid-e-son-jardin_131640_w250

Habitant dans le comté de Miami-Dade au Sud de l’Etat de Floride aux Etats-Unis, Luis Eduardo Avendano a cru rêver lorsqu’il s’est aperçu que l’intrus n’était autre qu’un python bivittatus. « J’étais en train de travailler et quand je suis allé chercher quelque chose dans l’abri de jardin, j’ai trouvé le serpent » a-t-il expliqué, relayé par WFTV. « Au départ, j’ai cru que c’était un bout de tissu. Mais quand j’ai essayé de le bouger de mon chemin, je me suis rapidement aperçu que ce n’était pas ce que je pensais. C’est alors que l’animal a tourné sa tête et que j’ai vu qu’il s’agissait d’un serpent » a-t-il poursuivi.

De couleur jaune et blanc, cet énorme python a dû être retiré de l’abri de jardin avec l’aide de la MFDR (Miami-Dade Fire Rescue) et plus particulièrement des spécialistes en animaux venimeux. Ils étaient plusieurs à avoir tenté de bouger le reptile de son nid douillet. Après s’en être emparé, les pompiers ont mesuré la bête. Le python atteignait presque quatre mètres et pesait 45 kilos. Il a fallu pas moins de cinq personnes pour déloger la bête de son abri.

 

12345...25
 
 

latribunedisularosa |
actreac |
dlphilippe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | bersend
| leflansurlaberge
| ccomptadh